text

Quelles sont les principales zones de Marrakech ?

Marrakech

La ville de Marrakech est aujourd’hui l’une des plus grandes villes africaines. Elle est très sollicitée par les touristes qui souhaitent visiter le monde et découvrir de nouveaux horizons. Marrakech sur le site http://blogmarrakech.webnode.fr/est divisée en deux principales zones : l’ancienne ville que l’on appelle aussi la Médina et la ville nouvelle qui regroupe les nouveaux quartiers de la ville. Depuis sa création, la Médina a beaucoup évolué, d’abord destinée à abriter les militaires et un marché, elle est devenue plus tard un lieu de résidence pour les classes moyennes. Avec le changement de dynasties, de nouvelles portes ont été rajoutées aux remparts progressivement. Depuis quelques décennies, on observe un engouement pour les Riad, on en trouve plusieurs dans la Médina, ce qui pousse les acheteurs à solliciter des Riad au sein de la Médina. La conséquence immédiate est que le prix du mètre carré a fortement augmenté dans la Médina, faisant ainsi partir les habitants aux faibles revenus hors de son enceinte.

Au sud de la Médina, on trouve le Mellah. Le Mellah a toujours été et est encore aujourd’hui un quartier juif dans la ville de Marrakech. Ce quartier est loin d’être un ghetto, on y retrouve des corps de métiers qui sont devenus avec le temps, des spécialités de la communauté juive, par exemple le métier de tisserand. Le Mellah a été fondé par Moulay Abdellah en 1558, non loin du palais afin de pouvoir mieux protéger cette population. La même chose a été faite dans la ville de Fès. Les célèbres jardins de l’Agdal qui ont été créés à partir de 1156, par l’architecte qui a conçu la Koutoubia, se situent le long du palais royal. Le terme aguedal signifie d’ailleurs « jardin ». Dans l’ensemble, l’appellation de jardins de l’aguedal ne fut véritablement adoptée qu’à la fin du 18ème siècle. Le jardin est arrosé par un système d’irrigation assez ingénieux et particulier.

L’architecte a mis en place un système d’irrigation basé sur l’utilisation d’un réseau de khettaras. Ce réseau permettait de capter l’eau directement des nappes souterraines, dès la fin du 11ème siècle. Un peu plus tard, ce système a été renforcé par un système de viaducs qui provenait d’une ville située à proximité de la vallée de l’Ourika. En plus de ce système d’irrigation, un système de collecte des eaux de pluie a été mis en place par deux grands réservoirs. Pour vous donner une idée de la taille de ces réservoirs, l’un d’eux servait pour entraîner les soldats à traverser le détroit de Gilbratar à la nage.

Have your say

*