text

Destin d’un grand designer qui a précédé Charles Eames et sa chaise DSR

chaises DSR

Eileen Gray est un designer que l’on ne présente plus, son destin fabuleux ne peut que faire rêver, et ses créations ne laissent pas les connaisseurs indifférents. Artiste, mais aussi amoureuse, Eileen Gray vivait au rythme de sa relation avec l’architecte roumain Badovici. De son vrai nom Kathleen Eileen Moray Smith, l’artiste a vu le jour le 9 août 1878 en Irlande. Le nom Gray a été utilisé par ses parents suite à un titre de duchesse hérité par sa mère en 1900. C’est l’Exposition universelle de Paris qui suscite en elle la vocation de designer. Précisons qu’Eileen Gray a commencé à travailler dans le design bien avant que la chaise DSR de Charles Eames ne fasse son apparition. Toutefois, elle a commencé sa carrière comme architecte, en s’associant avec son compagnon Jean Badovici. Ensemble ils ont créé la villa E-1027, qui l’a rendue célèbre.

C’est en 1907 qu’elle décide de s’installer à Paris et délaisse un peu l’architecture pour se tourner vers le laquage. Elle a pu expérimenter ses techniques de laquage en créant une ligne de meubles Art déco qui a fait croître sa notoriété. C’est dans les années 1920 qu’elle se lance dans la création de meubles, son matériau préféré est l’acier tubulaire, matériau qui n’est pas utilisé dans les chaises DSR de Charles Eames. Une fois de plus, avec Jean Badovici, ils imaginent une table à hauteur réglable qu’ils nomment E1027. E signifie Eileen, 10 représente le J de Jean, 2 représente la lettre B comme Badovici et 7 représente G de Gray.

En 1922, le couple ouvre une galerie destinée à présenter et vendre les œuvres d’Eileen. Badovici y a mis son talent, parce que la façade qu’il imagine est faite d’acier et de verre, ce qui attire l’attention des passants et une clientèle luxueuse. Avec la guerre la galerie est abandonnée, car Eileen va se réfugier dans le Vaucluse. Précisons que la guerre a également été un facteur d’influence dans la création de la chaise DSR de Charles Eames. Après la guerre Eileen est oubliée, pendant plus d’une vingtaine d’années. En 1968 un article est publié à son sujet, ce qui relance l’engouement pour son œuvre et la production de la table E1027 et celle d’autres meubles de sa création. Eileen Gray décède en 1975 à l’âge de 98 ans. Aujourd’hui encore elle inspire les créateurs de meubles, qui font des meubles en acier.

Have your say

*